De l’encre sur les mains

Le Prix Reporter sans Frontières pour la liberté de la presse, en association avec Le Monde et TV5 Monde, a cette année été attribué au caricaturiste syrien Ali Ferzat, « Journaliste de l’année 2011 ».

Pour n’avoir cessé de dénoncer la corruption et les dysfonctionnements du régime d’El-Assad et juste après avoir publié ce dessin, Ali Ferzat a été passé à tabac en août dernier. Ses agresseurs ne l’ont pas tué. Ils lui ont (juste) brisé les mains.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s