Hongrois qu’elle est libre, la presse

« Si la liberté de la presse disparaît, les journaux deviendront ennuyeux. On ne fait de bonnes affaires qu’avec de bons journaux », confie Karoly Vörös, rédacteur en chef de Népszabadsag, quotidien hongrois, au magazine de Hambourg Der Spiegel, rapporte le magazine Courrier International.

En Une tout début janvier, le quotidien hongrois dénonçait la loi du gouvernement Orban sur les médias. Il vient de perdre un gros contrat publicitaire (350 000 euros) d’une entreprise d’Etat. Pour Karoly Vörös, le lien de cause à effet est clair et inquiétant. Une inquiétude que partage Reporters sans Frontières.

Mais la résistance s’organise. « Nous voulons continuer à montrer le monde dans lequel nous vivons. Nous y tenons dur comme fer, assènent les journalistes de Népszabadsag. Même en ne faisant passer qu’une seule information en première page, quand celle-ci est vitale. En Hongrie, la liberté de la presse a disparu. Mais ils ne peuvent pas l’anéantir. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s