Le jeu du dictionnaire (2) : Soyons dilettantes…

Certains lecteurs, dont ce (bientôt encore plus) vieux Sinagot que les flots morbihannais m’ont donné la chance de croiser, m’ont confié avoir aimé le Jeu du Dictionnaire dont je lançais ici la série.

Puisque c’est de série dont il s’agit, puis-je vous proposer ce deuxième exercice de style. Tout a commencé ici, voyez vous-mêmes. Ensemble, prenons notes :

Benjamin Biolay Lyon Presqu’île (La Superbe, 2010).

Nous ne discuterons pas ici, mais sur d’autres pages, de mes inclinaisons musicales. Là n’est pas l’objet. Non, permettez-moi de reprendre nos notes pour découvrir ce qui pour moi fait question dans le refrain :

 » Je serai dilettante ou mort de rire
En sentant la mort venir
Du moins, j’espère, j’espère. »

Ne discutons pas ici du style, là encore nous pourrons en débattre. Arrêtons-nous sur ce terme, dont peut-être nous pensons connaître les sens et définition. Plus que la définition, c’est en effet aux sens qu’il va nous falloir prêter attention.

Après lecture de la définition dans votre dictionnaire personnel, j’épargne à certaines oreilles la réécoute du titre. Cela dit, ils accepteront de laisser ce plaisir aux « dilettantes ». Car c’est bien d’eux dont il s’agit.

Après consultation du CNRTL, il ressort pour certains, tandis que d’autres découvrent, que « Dilettante » est un substantif généralement masculin, plus rarement féminin. Passée cette considération de genre, il apparaît que deux usages en sont faits, usuel et vieilli. Attardons sur le premier sens de cet usage : « Amateur passionné de musique. Synon. mélomane. » [ ndr, veuillez noter la présence de cet onglet sur le site du CNRTL ]

Je peux me résoudre à croire que l’auteur du refrain sus-cité, pour autant que je le connaisse, pour peu que je sache de son écriture, n’ait cherché à induire l’auditeur dans le questionnement, l’interrogation du sens donné au terme choisi, précisément dans ce refrain.

Dès lors, à moi cette maxime : « Selon l’usage que vous en ferez, les mots prendront leur sens. » A défaut d’être musiciens, tâchons d’être mélomanes. Soyons dilettantes, n’ayons l’air de rien.

Noir Désir – Tostaky (Live au Transbordeur, Lyon, 1993).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s