Chronique d’une mort annoncée

Maurice Nadeau

« C’est de mort, en effet, qu’est menacée La Quinzaine Littéraire : pas dans six mois, pas dans un an, comme elle l’a souvent été durant les 47 années de son existence, mais dans les semaines qui viennent », prévient son créateur, Maurice Nadeau. Liquidation judiciaire, dépôt de bilan, suspension de la parution… le bimensuel est au plus mal.

Erosion des ventes en kiosque, baisse des abonnements… En grande difficulté financière, La Quinzaine littéraire lance un appel à ses lecteurs et à ses collaborateurs. Mais aussi à tous ceux qui souhaitent que survive la publication.

Le bimensuel pourrait changer de forme d’un point de vue juridique. « Une solution permet à notre société, la Selis, et à La Quinzaine, de poursuivre leur activité. Elle a fait ses preuves chez d’autres médias », assène Maurice Nadeau. 

« Elle consiste en la création d’une société participative comportant deux collèges, l’un regroupant les lecteurs et amis de la Quinzaine, l’autre les collaborateurs pour recapitaliser la Selis. Par l’intermédiaire de cette société, chacun – ami ou écrivain collaborateur – pourra devenir actionnaire et propriétaire de « son » journal. »

« Cette proposition, conclut Maurice Nadeau, va dans le sens des convictions d’indépendance que nous avons toujours défendues depuis 1966. Il reste à la mettre en œuvre. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s