Fake news : dix bons réflexes

Rumeurs, intox et fausses informations pullulent sur Internet et circulent massivement sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter ou YouTube ne sont pas, en soi, des sources d’information. Les publications que l’on y trouve peuvent autant provenir de sources jugées dignes de confiance que d’internautes mal intentionnés.

Voici dix conseils simples pour mettre en perspective les informations auxquelles l’on est confronté sur les réseaux sociaux et que l’on est susceptible de partager.


  1. Identifiez l’auteur du message. Qui s’exprime ? Un média identifé, une
    personnalité publique, un site ou internaute dont vous n’avez jamais entendu parler Considérez qu’une information donnée sur le web par un inconnu sans aucune
    possibilité de la vérifier vous-même est a priori plus fausse que vraie.

  2. Fiez-vous plutôt aux médias reconnus et aux experts identifiés. Toutfois, cela ne suffit à rendre toutes leurs informations absolument vraies. Tout le monde peut se tromper, de grands médias aussi.

  3. Essayez au maximum de tracer l’information et de remonter à sa source. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de messages ne disent pas d’où provient l’information. En l’absence de source ou de référence précise quant à l’origine d’une affirmation (chiffre, anecdote…), mieux vaut rester prudent.

  4. Méfiez-vous également des sources indirectes du type « j’ai un cousin dont le meilleur ami connaît »…

  5. Principe de base : si plusieurs médias fiables donnent la même information en citant des sources différentes, elle a de bonnes chances d’être vraie. A l’inverse, face à une information non sourcée, le fait de ne pas la trouver ailleurs doit inviter à la prudence.

  6. Vérifiez la date de l’information, image ou vidéo : sur les réseaux sociaux, il arrive qu’une publication ancienne « remonte » lorsqu’elle est très partagée. On risque de prendre comme une nouveauté un fait qui date de plusieurs mois.

  7. Une photo ou une vidéo n’est jamais une preuve en soi, a fortiori quand elle
    vient d’un compte inconnu. Elle peut être ancienne, montrer autre chose que ce qui est dit ou être retouchée avec un logiciel. On peut le vérifier en entrant l’URL de l’image sur Google Images ou sur le site TinEye.

  8. Méfiez-vous des messages chocs. L’information qui circule sur les réseaux joue
    souvent sur l’émotion.
    Il n’y a rien de mal à être révolté face à une injustice ou attendri par un chaton, mais il faut rester conscient du risque de se faire prendre au piège.

  9. Un message partagé n’est pas forcément vrai. Ce n’est pas parce que des dizaines de
    milliers de personnes partagent une information qu’elle est authentique. Cela veut seulement dire qu’elle fait réagir, ni plus ni moins.

  10. Réfléchir avant de partager. La règle est simple : réfléchir quelques secondes avant de s’emballer et de partager une rumeur est souvent salutaire. Quelques clics et de quelques recherches suffisent souvent pour recouper ou vérifier une information. Et éviter de propager de fausses nouvelles.

Avec le Kit Décodex, Le Monde.