L’écrit journalistique # 1 : clair et concis

Le journaliste écrit pour donner des informations précises à ses lecteurs et pour être compris par tout le monde. C’est pourquoi ses articles doivent toujours être accessibles, clairs, concrets et vivants.

CLAIR. L’article de journal doit être facile à lire et à comprendre. La simplicité paraît toujours évidente, mais c’est parfois difficile de « faire simple ». Il faut donc préférer les phrases COURTES aux phrases longues. Certaines phrases sont si longues qu’on oublie le sujet du début quand on arrive à la fin.

Aussi, il faut éviter les constructions grammaticales trop compliquées. L’ordre logique le plus simple (sujet, verbe, compléments) est toujours le meilleur. Les points et virgules doivent apparaître clairement et les mots de liaison (en effet, car, mais, pourtant, aussi, donc…), qui forment des liens logiques entre les phrases, doivent être utilisés.

CONCRET. L’article de journal doit apporter au lecteur des informations précises. Il faut donc éviter ls « généralités » que tout le monde sait déjà. Le journaliste est là pour raconter ce qui est nouveau, curieux, intéressant, remarquable, impressionnant, inattendu. Pour intéresser son lecteur, il doit donner des détails CONCRETS et ne pas rester dans l’abstrait.

Des informations concrètes, ce sont d’abord des faits, mais aussi des descriptions précises de ce qu’on a vu et qui existe vraiment. Ce sont aussi des citations (entre guillemets) de personnes rencontrées et interrogées. Par exemple : Monsieur Alain est boulanger et aime son métier : « Je fais du pain depuis 20 ans et toujours avec le même bonheur… »)

PRÉCIS. LES INFORMATIONS se doivent d’être précises. Il ne faut pas écrire : « Monsieur Alain a expliqué comment il fait son pain tous les jours », mais rapporter précisément ce qu’il a dit : « Tous les matins, il allume son four (1) en chantant pour se réveiller et bien commencer sa journée (2). Puis il mélange sa farine avec de l’eau (3)… »

Il y a là trois informations concrètes qui permettent au lecteur de bien comprendre ce que fait Monsieur Alain. Si le journaliste écrit seulement : « Monsieur Alain a expliqué comment il fait son pain tous les jours », le lecteur ne sait pas comment cela se passe.

AU PRÉSENT. Il faut écrire au PRÉSENT pour que l’histoire que l’on raconte au lecteur soit vivante. Le présent est  plus facile et plus simple à manier que le passé et par conséquent, plus clair.

Le présent permet de raconter des choses plus proches de nous, « comme si elles avaient lieu maintenant », et les rend également plus concrètes. Il est possible de raconter une histoire ancienne au présent. Parfois, l’usage du passé est nécessaire, et il faudra alors préférer le passé composé à l’imparfait.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.