Le portrait journalistique, une affaire sensible

Le portrait dessine la personnalité de quelqu’un à travers ses caractéristiques (biographie, déclarations, manière d’être, apparence physique, cadre de vie, activités, etc.), en général à l’occasion d’un événement le concernant.

René Magritte. La Reproduction interdite. Bruxelles, 1937.

Il rassemble des éléments dispersés : aspect physique, comportement, langage, pensées, habitudes, citations, anecdotes. Il peut avoir des formes et des longueurs très différentes : de l’interview en trois questions à la photo-légende ou au mini-reportage sur deux pages de magazine…

Jean-Yves Blay, l’enthousiaste

Par Nicolas Rousseau | 15/06/2016, 19:15

À la tête du centre Léon-Bérard de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes, Jean-Yves Blay s’envisage comme un capitaine de navire. Celui qui fixe le cap et montre la direction à suivre. Chercheur et professeur en oncologie médicale, il ne perd jamais de vue ceux pour qui il est devenu médecin : les patients.

Avant d’entrer dans le bureau de Jean-Yves Blay, directeur général du centre Léon-Bérard, quelques phrases ornent le couloir qui mène à sa porte. Parmi ces quelques sentences, l’une attribuée à Antoine de Saint-Exupéry : « Dans la vie, il n’y a pas que des solutions. Il y a des forces en marche ; il faut les créer et les solutions suivent. »

Une maxime qui inspire sans doute le médecin oncologue, chercheur et professeur en oncologie médicale. Et qui guide son action à la tête du centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes, depuis décembre 2014. Mettre des forces en marche afin d’enrichir un ensemble déjà constitué. « Enrichir le centre Léon-Bérard revient à lui conférer de nouvelles missions, à lui adjoindre de nouvelles compétences afin de permettre de nouvelles découvertes », témoigne Jean-Yves Blay.

Jean-Yves Blay, chercheur et professeur en oncologie médicale. (© ADE/Laurent Cerino)

Tout l’objet de sa mission, également destinée à redéployer un établissement éprouvé sous la mandature précédente qui succédait à celle de l’emblématique Thierry Philip. « L’établissement a su conserver une taille humaine, ce qui préserve une proximité essentielle. » Jean-Yves Blay s’envisage un peu comme un capitaine de navire. « Pour emmener une équipe, tout manager doit montrer la direction à suivre, et ce au plus lointain possible. La destination importe moins que le chemin que l’on va devoir emprunter. »

Une révélation

Cette vision est indissociable de la passion et d’un enthousiasme forcené, « indispensables dans notre métier. Pour ne pas s’user, il faut être en permanence mû par la passion. Le manque d’amusement et de passion est signe qu’il est temps de changer de poste ». L’enrichissement guide également sa carrière de cancérologue. « Mon enrichissement personnel, intellectuel d’abord, est majeur au sein du centre Léon-Bérard. D’ailleurs, chacune des grandes étapes de ma carrière est marquée par un surcroît d’enrichissement :  en tant qu’interne, puis médecin, puis professeur et enfin directeur. »

Une carrière très tôt orientée. « Pendant mes études de médecine, j’ai découvert la cancérologie, un domaine qui d’emblée m’a plu. J’ai aussi appris que mon père, médecin lui-même, avait été soigné et guéri d’un cancer l’année de ma naissance. Il m’a raconté son parcours thérapeutique à une époque alors préhistorique. » En 1985, Jean-Yves Blay effectue son premier stage d’internat au centre Léon-Bérard. « J’ai tout de suite su que c’est dans cette voie que je souhaitais m’engager. »

Les pépites et le tas d’or

Jean-Yves Blay intègre le centre Léon-Bérard en 1992 en tant que médecin de centre. Nommé professeur sept ans plus tard, il ne perd jamais de vue le patient. « Je réalise des recherches avant tout pour servir le patient. Dans notre métier, il est impératif de s’intéresser aux autres avant tout. C’est l’unique voie de satisfaction du travail effectué. »

Et pour pouvoir soigner le plus grand nombre, Jean-Yves Blay s’est donné pour mission de développer et d’ « assurer un positionnement international de manière durable. Le centre Léon-Bérard recèle déjà de nombreuses pépites. Mais le projet médical et scientifique est de transformer ces pépites en un gros tas d’or. L’ensemble du centre doit être présent sur la carte mondiale de la recherche et du traitement du cancer. Cela repose sur un triptyque : excellence, innovation et dissémination de l’innovation. Cette mission de diffusion est primordiale pour pouvoir traiter un plus grand nombre de patients. » Le patient, encore et toujours.

Les fondamentaux

Originalité. Pour capter l’attention de son lecteur, il faut écrire un portrait original. La première chose est donc de trouver « la » bonne idée, celle que les autres journalistes n’auront pas. On la trouve parfois en cherchant à contre-courant.

Angle. L’angle définit la façon dont le journaliste va traiter son sujet, en dégageant le message essentiel qu’il a retenu. L’angle est donc un message que l’on veut faire passer sur une problématique, une information donnée.

Documentation. Pour bien comprendre qui l’on va rencontrer et tenter ensuite d’en faire le portrait, il faut avoir une idée, au moins petite, de ce qui vous attend une fois en terrain inconnu. Se documenter est un impératif, sur la personne, son actualité, son activité à la fois pour confirmer l’intuition, préparer le contact et ensuite l’interview. Pour les personnes éloignées ou disparues, utiliser des dictionnaires biographiques, dossiers de presse, contacter des témoins éventuels…


Identification et approche

C’est en général à l’occasion d’un événement le concernant que l’on identifie le personnage dont il s’agit de faire le portrait. La documentation préalable au traitement d’un sujet peut également permettre d’identifier un potentiel portrait à réaliser.

Une fois identifié le personnage, il est essentiel de soigner la prise de contact et la mise en relation. Montrez-vous rassurant (objet de la démarche, connaissance du contexte) et rester vigilant sur l’organisation (temps et lieu de la rencontre).

Pour donner rendez-vous, privilégiez un endroit où l’entretien sera propice à l’échange, voire à la confidence. Il est préférable d’éviter un bureau en face-à-face, un café bruyant, un lieu très ouvert.


« Trois hommes dans un salon : Brassens, Brel, Ferré ». Propos recueillis par François-René Cristiani et Jean-Pierre Leloir, le 6 janvier 1969, à Paris.

Rencontre et entretien

L’entretien préparatoire à la rédaction d’un portrait ne diffère pas d’une interview « classique » . Préparer des questions précises et ciblées, toujours liées au contexte de l’entretien, sans jamais perdre de vue les fondamentales « 5W ».

Rencontrer le personnage (éventuellement ses proches). L’interroger au plus vite sur son âge, ses études, son parcours, sa situation familiale, sa situation professionnelle pour écarter ces questions de contexte biographique.

Instaurer, le plus rapidement possible, un climat de confiance : prenez le temps (imparti) des questions et de leurs réponses, demeurez disponible et attentif. Ne restez jamais sur une approximation, une incompréhension, au besoin réinterrogez, quitte à paraître idiot. Laissez la conversation s’installer sans vous laissez piéger par les monologues ou le verbiage. Sachez relancer.

Selon le sujet et l’intérêt de ces questions, l’interroger sur ses qualités et ses défauts, ses goûts et ses habitudes. Au cours de l’entretien noter des éléments descriptifs précis : couleur des yeux et chevelure, traits physiques caractéristiques, attitude générale…


Mémento

  • La prise de notes doit être exhaustive, rapide et précise
  • Repérer les citations fortes, soulignez-les
  • Faites préciser l’orthographe exacte des noms propres : tout nom mal orthographié nuit gravement à la crédibilité.
  • En marge, notez les éléments de description : caractère, humeur, sentiment, éléments de décor…
  • Obtenez l’accord pour enregistrer et photographier
  • Prévoyez un temps pour le reportage photo et/ou vidéo

Techniques d’écriture

  • Indiquez, dès les premières phrases, le nom, le prénom, la fonction du personnage et son actualité – le motif ou l’événement – qui justifie que l’on parle de lui.
  • Situez le personnage dans sa vie professionnelle, personnelle, familiale ou associative.
  • Donnez (éventuellement) quelques traits de caractère s’ils éclairent le portrait. Rien ne doit jamais être écrit gratuitement.
  • Rédigez des paragraphes courts et percutants axés sur l’événement ou les circonstances qui justifient le portrait, plutôt que vouloir raconter toute une vie de manière indigeste. Le portrait n’est pas une biographie.
  • N’hésitez pas à mélanger les différents éléments (identité, portrait physique, biographie, propos rapportés) pour dynamiser vos paragraphes.
  • Titrez et chapeautez avec soin.
  • Un portrait principal peut être complété par des encadrés thématiques : rappel d’actualité, CV « 5 dates », information pratique, etc.
  • N’oubliez jamais le lecteur pour lequel le portrait est écrit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.