école

Cycle « Classe Presse » : créer un journal de classe

3rumeur intervenantDans le cadre des ateliers du Porte-Plumes, le cycle « Classe presse » vise à amener l’élève à produire un article de presse, rédigé selon les codes journalistiques.

Il permet d’acquérir les bases de l’écriture et des techniques journalistiques et de réaliser un ou plusieurs articles de presse, afin de publier un magazine ou d’alimenter un blog d’information. (suite…)

Autour de la liberté de la presse | Ressources

carte2014_fr

A l’occasion de la Semaine de la presse, Le Porte-Plumes a sélectionné un ensemble de ressources autour de la liberté de la presse en France et dans le monde.

Le container – Campagne RSF

SPME | Dessiné, c’est gagné

C’est vendredi, la Semaine de la Presse s’achève pour le Porte-Plumes. Et un bon dessin de presse vaut mieux qu’un long billet. Il y a un an disparaissait Jean Giraud. A cette occasion, Yacine lui rendait hommage.

Yacine

Le dessinateur de presse est journaliste. Son travail relève d’une typologie et est régi par des codes, des figures et des procédés :
• la typologie des dessins : cabochon, cul-de-lampe ; caricature ; croquis d’audience ; dessins d’actualité, d’humour, politique ; infographie ; portrait charge ; reportage dessiné ; strip ;
• les codes de l’image : cadrage (proportions, échelle de plan) ; étiquettes (qui identifient le nom ou la fonction d’un personnage) ; bulles, onomatopées, idéogrammes ; codes du théâtre (mise en scène, personnages types) ;
• les figures de rhétorique : allégorie ; anachronisme ; métaphore ; métonymie ; stéréotypes (cliché, lieu commun) ;
• les procédés humoristiques : caricature ; jeux de mots, calembours ; ironie ; paradoxe ; parodie ; satire.

Je vous invite à faire un tour sur les cartoons de Courrier International. La BNF propose également l’exposition « Daumier et ses héritiers ». Notre semaine s’achève par un ses portraits satiriques. Nadar et la boucle est bouclée.

File:Daumier-nadar.jpg

SPME | Laboratoires d’analyses photographiques

Pour faire le lien avec notre concours, nous pourrions soumettre la photographie suivante (© Stéphane Rabut) à une grille d’analyse inspirée de celle établie par le CRDP de Grenoble.

segolene-royal_manif-lyon_01-14915

Comme toute image fixe, on peut analyser une photographie de presse indépendamment de son contexte. Mais une photographie de presse est aussi (surtout) une image particulière.

[ labo 1 ]  UNE IMAGE FIXE

| message iconique |

Regroupons les motifs selon qu’ils se rapportent au décor, aux objets ou aux personnages. L’interprétation a recours aux codes de l’inconscient personnel, collectif et socioculturels :

  • reconnaissance de l’identité (noms, vêtements, mode, insignes) ;
  • reconnaissance des lieux ou des objets ;
  • relations inter-individuelles (gestes, attitudes, distances, nourriture, regards) ;
  • manifestations collectives (mythes, religions, cérémonies, jeux, sports, travaux).

Dans toute image, le vivant domine l’inanimé ; placée à gauche une personne domine l’image, à droite elle devient un élément secondaire.

| message plastique |

Les signifiants plastiques renvoient aux choix de l’auteur :

  • cadre et cadrage ;
  • échelle des plans ;
  • profondeur de champ et perspective ;
  • angle de vision ;
  • éclairage ;
  • valeurs et couleurs ;
  • composition, lignes, formes dominantes ;
  • effets de texture. 

[ labo 2 ] UNE IMAGE PARTICULIÈRE

| fonction |

Il faut distinguer s’il s’agit d’une photo :

  • pour faire vendre : une ou couverture de magazine avec les  » quatre A  » des titres : Argent, Affectif, Agression, Anecdote ;
  • pour informer : attester qu’un événement a eu lieu ;
  • pour illustrer un article : fonction de documentation, de description ;
  • pour argumenter : transmettre un message ;
  • pour intriguer ou frapper l’imagination ;
  • pour témoigner d’une recherche esthétique.

| sources |

La photographie peut avoir été réalisée par un photographe d’agence de presse qui doit transmettre rapidement l’essentiel d’une information ou par un photographe indépendant qui peut avoir un regard plus esthétique et travailler sur le long terme.

| taux d’iconicité |

Les photographes ont du mal à tout représenter avec des photographies : comment illustrer, par exemple, la musique, la production de lait, des lasagnes de poney ? Le taux d’iconicité correspond à la possibilité de visualiser le sujet par une photographie. Quand c’est impossible, on pourra avoir recours au dessin.

Mais c’est une autre histoire… (et la légende me direz-vous ?).

SPME | Images à la Une

Capture

Les cinq colonnes à la Une ont le goût des caramels d’antan. Et ce goût, cette saveur, guident bien souvent le choix d’une photo de Une.

« C’est la vitrine du journal », m’expliquait François Dufour, rédacteur en chef de Mon Quotidien. C’est elle qui vous fait pousser la porte de la confiserie où l’on achetait des carambars à un franc (avec des vraies blagues, drôles, dedans), des coco-boërs et de vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres (et nous niquaient les dents).

Certaines revues arrivent sous blister dans votre boîte aux lettres. La Une doit donner envie « de faire péter le plastique », m’enjoignait le même rédacteur en chef, dans un inimitable style imagé et pratique. Chez un marchand de journaux, à moins que vous ne soyez lecteur assidu et fidèle, c’est la Une d’une publication qui conditionnera l’acte de feuilletage et d’achat.

Revue2presse offre, chaque jour, un panorama des Unes des principaux quotidiens nationaux et régionaux. Où l’on s’aperçoit qu’une même photo peut être cadrée, recadrée et décadrée selon les besoins de la maquette.

A l’occasion de la Semaine de la Presse, le Porte-Plumes a adapté cette grille à une Une de Mon Quotidien.

Dans un premier temps, ne regardez l’image suivante qu’une ou deux secondes, puis fermez les yeux.

Ensuite, notez ce que vous avez vu, ce que vous avez lu, ce que vous avez identifié.

Vous pourrez ensuite utiliser la grille pour mieux vous repérer.

Une MQ a

La grille lpp :

Une MQ