typographie

Les clés d’une mise en page efficace

L’efficacité d’une mise en page dépend essentiellement de la disposition du texte, d’une part, et des éléments graphiques, d’autre part, mais également de leur relation hiérarchique. Elle repose sur l’équilibre et la proportion de ces éléments.

En préambule, il est essentiel de se souvenir qu’instinctivement, l’œil humain suit un modèle en Z quand il regarde une image, une publicité ou une mise en page. La première lecture d’une page de journal ou de magazine ne déroge pas à ce balayage en Z. Celui-ci permet au lecteur de repérer et d’identifier, presque instinctivement, titre, illustration, zones de texte (selon les polices et les corps), légendes et signature.

Plusieurs leviers de mise en page permettent de renforcer cette identification instinctive. Chacun concourt à renforcer l’efficacité de la mise en page, à assurer la lisibilité de la composition et à faciliter la lecture.

(suite…)

« Un caractère est né » : le corpus typographique français

Illustration de la création typographique, le Corpus typographique français recense les polices de caractères dessinées en France de depuis la moitié du XIXe siècle à nos jours. Si le corpus contient des créations de haute volée, il comporte aussi « des caractères médiocres, voire mauvais, car l’histoire de la typographie en comporte également ».

(suite…)

Petit précis de mise en page

La mise en page consiste à organiser les éléments graphiques d’un document afin de faciliter la compréhension des informations par le lecteur. Lors de son élaboration, le choix des variantes (les éléments graphiques), tels que les images, les couleurs, les espaces, les contrastes, les ombrages, ainsi que les polices de caractères entrent en ligne de compte.

Les règles qui s’appliquent dans la mise en page sont celles de la composition picturale et architecturale.

Mettre en page, c’est mettre en valeur la production rédactionnelle. Les règles qui s’appliquent sont celles de la composition picturale. Chaque page du journal doit être conçue comme un tableau : il s’agit d’assembler, autour d’un motif principal, des motifs secondaires hiérarchisés. L’ensemble doit être clair, lisible et esthétique. Au final, l’assemblage minutieux de l’amalgame d’éléments graphiques permet un résultat optimisé pour un résultat convaincant et efficace auprès de l’audience cible.

(suite…)